Logo Paroisse-Saint-Martin-de-Mayenne-Moulay

Paroisse Notre-Dame sur la Varenne

L’homélie du 28 avril, 5ème dimanche…

28 avril 2024

Samedi 27 avril 2024 à St Martin de Mayenne et

dimanche 28 avril 2024 à Notre Dame d’Ambrières

L’homélie du Père Jimmy

« Il leur raconta comment, sur le chemin, Saul avait vu le Seigneur, qui lui avait parlé… »
On connait bien le personnage de Saul, il n’a pas toujours été tendre avec les chrétiens. Etienne était en train d’être lapidé, et c’est lui qui gardait les vêtements de tout le monde. C’est bien Saul qui durant un temps a persécuté les chrétiens. Alors lorsqu’il vient sur le devant de la scène,  les gens sont méfiants. Et c’est Barnabé qui va accueillir le premier Saul, qui va servir en quelque sorte d’intermédiaire pour que Saul soit accepter et trouve sa place dans la communauté.
Chers amis, nous avons tous autour de nous des personnes qui ne veulent pas entendre parler de Jésus, de l’Eglise, des chrétiens. Oui, il y a des personnes avec qui nous ne sommes pas très à l’aise pour exprimer, pour vivre notre foi.Il  y a des personnes aussi qui grâce, ou à cause d’évènements ou de rencontres vont se laisser toucher en plein cœur. Ceux-là on les appelle des convertis.
Bien que cela ne soit pas toujours simple, nous sommes appelés à rester « greffés » à Jésus surtout lorsque c’est difficile, surtout en terrain hostile.
C’est bien notre manière de vivre, notre façon d’être, notre foi et notre amour de Jésus qui doivent déborder de nous pour rejoindre pour accueillir ces personnes.
Le personnage de Saul est difficile car il a persécuté des chrétiens et il est aussi très attachant car après sa conversion, il mettra au service de la foi chrétienne la même énergie et la même passion qu’ii mettait jusqu’ici à la détruire.
Les yeux de Saul se sont ouverts et tout est devenu clair pour lui.
« Demeurez en moi, comme moi en vous…Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments »
Quoiqu’il arrive, à travers cette image de la vigne et des sarments, Jésus insiste pour que ses disciples, pour que tous les chrétiens, pour que nous restions unis à lui. On peut aussi penser à la parabole de la maison construite sur le roc. Elle est solide. Et notre foi reste solide uniquement si nous restons attachés, greffés à Jésus Christ.
La prière quotidienne nous greffe à Jésus Christ.
La participation aux sacrements nous greffe à Jésus Christ.
La charité envers nos frères nous greffe à Jésus Christ.
Chers amis, il y a tant et tant de choses, d’évènements, de personnes qui peuvent nous séparer de notre union à Jésus Christ.
Je pense à Josiane qui va voir son médium, elle veut qu’il intervienne pour que son mari revienne.
Je pense à Lucie qui se rassure toutes les semaines en lisant son horoscope.
Je pense à Léon qui pratique le pendule.
Je pense à Guillaume qui me dit croire en Jésus Christ mais pas en la résurrection.
Je pense à Nathan qui passe des heures et des heures sur les réseaux sociaux, il est connecté 24h/24 à internet, mais finit parfois par être complètement  déconnecté de la vie
Je pense  à Martin qui faute de trouver le bonheur, rêve autour de sa bouteille de vin.
Je pense à Bertrand qui ne vit que pour Johnny.
Je pense à Raymonde qui a décoré son intérieur de Vierge Marie, de Bouddhas, de pierres magiques.
« Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez et vous l’obtiendrez. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous donniez beaucoup de fruits, ainsi, vous serez pour moi des disciples »
« Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez et vous l’obtiendrez. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous donniez beaucoup de fruits, ainsi, vous serez pour moi des disciples »
Seigneur, toi qui connais mon cœur coupe ce qui a besoin d’être émondé.
Seigneur, accompagne-moi tout au long de ma vie. Aide-moi à croire en Ton amour toujours fidèle.
Seigneur, fais miennes les paroles de St Jean.
« Nous devons aimer mais pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. »
En agissant ainsi, nous reconnaitrons que nous appartenons à  la vérité et, devant Dieu, nous aurons le cœur en paix.
AMEN
(Photo d’illustration)