Logo Paroisse-Saint-Martin-de-Mayenne-Moulay

Paroisse Notre-Dame sur la Varenne

Le Triduum pascal

31 mars 2024

Le dernier repas que Jésus partage avec ses apôtres et la création de l’Eucharistie

Les jeudi et vendredi saints : la cène, le lavement des pieds, la Passion…

Messe du Jeudi Saint, 28 mars 2024 en l’église Saint Martin de Le pas

L’homélie du Père Jimmy : Servir mon frère en lui tenant la main pour le relever lorsqu’il est tombé…Servir mon frère sans rien attendre en retour.Servir mon frère, « c’est un devoir qui me vient du cœur. »

Servir mon frère…

On ne trouve ce passage du lavement des pieds que dans l’évangile de saint Jean. Dans l’ancien Testament, il n’est
fait référence dans le livre de l’Exode (21, 2) que d’un esclave juif qui n’est pas venu laver les pieds de son maître.
Geste d’hospitalité, geste de service, geste fraternel, geste d’amour – geste symbolique de l’amour poussé jusqu’à
la mort.

Servir mon frère…

Le récit du lavement des pieds nous est donné avec beaucoup de détails, un peu comme un film que l’on a tourné
au ralenti. On s’attarde sur tous les gestes, on veut sans doute que nous soyons imprégnés de toute la force du rite
offert par Jésus.

Servir mon frère…

Il y’ a ce geste de Jésus qui « dépose » son vêtement au début puis, il le « reprend » à la fin. Déposer son vêtement,
c’est la mort qui est acceptée librement. Reprendre son vêtement, c’est la Résurrection.
Il y a le geste de Jésus qui se met à laver les pieds de ses disciples. Lorsqu’il arrive à Pierre, Pierre ne comprend pas
ce que fait Jésus. « Tu ne me laveras jamais les pieds ». Oui, Pierre ne comprend pas ce geste d’amour de Jésus. C’est
sans doute bien plus tard que Pierre va mieux comprendre ce geste. Oui, par la suite, combien de fois Pierre va
repenser, va méditer sur ce moment où Jésus s’est mis à genoux devant lui pour lui laver humblement les pieds ?

Servir mon frère…

Chers amis, le geste de Jésus est plus qu’un acte extérieur, il est motivé par une immense charité intérieure, un
amour désintéressé, qui se traduit par un grand désir de servir. C’est le déversement du don de soi-même.
Chers amis, la passion de notre Seigneur est un acte héroïque d’amour pour chacun d’entre nous, pour toute
l’humanité. Et l’on ne peut pas demeurer indifférent à son amour. On ne peut pas prendre à la légère la leçon de
charité de notre Seigneur.
« Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître,  vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux
autres. Car c’est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi comme moi j’ai fait pour vous ».

 

Le texte complet de l’homélie
Le Vendredi Saint, 29 mars 2024, en l’église Saint Pierre et Saint Paul de Chantrigné Le Père Jimmy et les jeunes de Rochefeuille qui se préparent à recevoir la 1ère des communions dimanche.
La Basilique Notre Dame à Mayenne

Le Samedi Saint, 30 mars 2024 en  la Basilique de Mayenne

L’homélie du Père Jimmy :

Après la mort de Jésus, les femmes se rendent au tombeau. Toutes les trois avaient suivi Jésus jusqu’au
pied de la croix.
En chemin, elles discutent, elles sont inquiètes. « Qui nous roulera la pierre ? » C’est impossible pour ces trois femmes de rouler la pierre… mais ce n’est pas un obstacle… pour Dieu.
Les femmes cherchent à toucher Jésus en qui elles avaient mis toute leur confiance. Nous cherchons à toucher Jésus en qui nous avions mis toute notre confiance. Jésus est leur espérance. Jésus est notre espérance. Notre espérance est dans le tombeau. Mais non, non,la pierre n’est pas un obstacle pour Dieu.
En cette soirée, confions chers amis, confions à notre Seigneur tous les obstacles, tout ce qui pollue nos
rêves, notre espérance, oui, confions au Seigneur tout ce qui pollue nos perspectives d’avenir, confions-
lui nos doutes, nos angoisses, nos peurs.
Il n’y a pas d’obstacle pour Dieu. Lui qui est la vie, il a fait rouler la pierre. Le tombeau est grand ouvert
une fois pour toute et pour toujours, et le Seigneur veut rouler toutes les pierres qui bloquent notre
route, nos misères et nos péchés qui nous empêchent de le suivre, de le rejoindre.
En cette soirée, nous pouvons réentendre la voix de ce jeune homme vêtu de blanc, le messager de Dieu
« Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. »
Oui, ce n’est pas dans un tombeau que nous trouverons Celui qui est la vie. Il a levé l’obstacle, il a vaincu
la mort, il a ouvert la vie. Il a ouvert la vie, Jésus est ressuscité, cette bonne nouvelle résonne dans le
monde entier, sur toute la terre.
Chers amis, Jésus Christ est ressuscité, il a ouvert la vie, il a ouvert la vie de l’espérance. Il est vraiment
ressuscité. Chers amis, soyons les témoins de cette Espérance !
« Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver. » (Is. 55, 6)
Le texte complet de l’homélie
(photo Pixabay)