11e dimanche, le 16 juin 2024

14 juin 2024

Accueil : Frères et sœurs, chers amis,
Que notre cœur déborde d’action de grâce, car Dieu est Créateur et Sauveur ! Que notre cœur soit rempli de supplications pour notre monde et pour notre pays, en situation de crise politique. Que vienne ton règne, Seigneur. Préparons-nous à la célébration du mystère de l’Eucharistie, en reconnaissant que nous avons péché.

Homélie : Ez 17, 22-24 ; Ps 91 ; 2 Co 5, 6-10 ; Mc 4, 26-34
Chers amis,
Une nouvelle fois, Jésus nous raconte une histoire et même 2 histoires tellement proches, il ne nous raconte pas des histoires, mais l’histoire de la semence, l’histoire de la moisson, l’histoire de la surabondance quand la ramure d’un arbre abrite les oiseaux du ciel. Une histoire qui pourrait sembler banale, à ceci près que cette histoire est l’histoire de nos vies, l’histoire du Royaume de Dieu cad de Dieu et de l’homme, en Alliance ! Sous des allures de « raconter des histoires », Jésus nous enseigne la vie en abondance
Pourquoi ne pas retenir au moins un enseignement : la patience dans la croissance !
Nous sommes dans un monde d’impatience, où tout doit aller vite, le commerce, la communication, les moyens de transports et même pour certains… l’homélie et la messe !
Sauf que la nature dont nous faisons partie prend son temps ! Certains scientifiques datent la naissance de la terre à 4,55 milliards d’année. Chaque homme a besoin d’enracinement, de terreau familial, d’éducation, de culture, de sagesse, de foi, d’espérance et de charité. Chaque homme a besoin de grandir, sans brûler les étapes de l’enfance, de l’adolescence, de l’âge adulte s’accomplissant dans la vie des aînés. La vie de chacun est une œuvre d’art qui demande du temps. La 1e page de la Bible nous montre le Créateur modelant un homme et une femme à partir de la glaise et insufflant une haleine de vie. L’homme créé à l’image de Dieu devient à sa ressemblance, par l’entrainement des vertus. Elle est belle la devise des Jeux Olympiques : « Plus vite, plus haut, plus fort, ensemble », et nous pourrions ajouter, en son temps. Les sportifs savent les entrainements nécessaires pour parvenir à la perfection du geste. Chaque homme a besoin de toute une vie pour grandir vers la perfection de l’amour.
Sauf que pour récolter, il faut commencer par semer. Et la semence prend le temps de se décomposer pour se confondre avec le sol, se nourrir de la terre et de l’eau et humblement et doucement émerger de la terre, millimètre par millimètre. Quelle est belle la nature en ce moment ! On voit d’un champ à l’autre, en fonction de la date de l’ensemencement, l’explosion silencieuse de la vie, le jaillissement inéluctable de la vie
Sauf que pour récolter, il faut des conditions favorables. L’homme n’est pas tout puissant. Le Créateur lui a confié le jardin de la création pour le cultiver, le promouvoir, pour le bien de l’homme en société. Nous savons trop l’impact du climat sur les cultures, des intempéries comme les tempêtes, les inondations, la grêle, le feu, la pollution de l’air et de l’eau…
Sauf que pour récolter, il faut patiemment prendre soin : l’agriculteur ne cesse de regarder son champ pousser pour agir, par exemple en prévenant et soignant des maladies etc….
Dieu est patient :
l’Eternel qui s’est homme dans le temps est patient avec l’univers, patient avec chaque homme qui a un destin unique ! Il connait l’éternité, il connait le temps. Et nous, nous connaissons le temps et nous avons un germe d’éternité dans le cœur avec le baptême, nous qui sommes nés de l’eau et de l’Esprit. Pas étonnant qu’il nous faille une vie pour nous préparer à l’éternité bienheureuse !
Soyons patients, de cette patience de Dieu : « Un jour sont comme mille ans et mille ans comme un seul jour ». La patience, c’est la passion dans la durée. C’est un autre nom de l’amour. C’est l’amour qui prend son temps. C’est le fruit de l’Esprit Ga 5.
Soyons patients de cette patience de l’agriculteur qui ne sait ni comment nait et grandit la semence mais qui s’émerveille du mystère de la vie et l’accompagne de ses soins.
Soyons patients dans la croissance :
C’est la patience des parents…et des enfants !
C’est la patience des éducateurs…et des éduqués !
C’est la patience des pasteurs…et des paroissiens !
C’est la patience des hommes politiques… et des citoyens !
C’est la patience des sportifs…. et des spectateurs !
Chers amis,
Oui, comme dit l’Ecriture, « La charité nous presse »,
Mais, comme le dit la sagesse : « Il faut se hâter lentement »,
Ou, comme le dit un cantique : « Prenons la main que Dieu nous tend. Voici le temps, le temps où Dieu fait grâce à notre terre. Jésus est mort un jour du temps. Voici le temps, le temps de rendre grâce à notre Père. L´unique Esprit bénit ce temps. Prenons le temps, le temps de vivre en grâce avec nos frères ».
AMEN ALLÉLUIA MARANATHA