Homélie 3e dimanche de Pâques, le 14 avril 2024

13 avril 2024

Accueil : Frères et sœurs, chers amis,

Alléluia, le Christ est ressuscité, le Christ est vraiment ressuscité…

Alléluia, des jeunes collégiens de notre paroisse célèbrent aujourd’hui leur profession de foi à la basilique de Mayenne !

Alléluia, le dicastère pour la doctrine de la foi vient de publier une déclaration sur la dignité humaine, le fruit de 5 années de travail ! Réjouissons-nous avec tous ceux qui œuvrent pour le respect et la promotion de « la dignité infinie » de l’homme !

Kyrie Eleison, Seigneur prends pitié de nous, car nous avons péché contre toi, nous avons défiguré ton image en nous et en nos frères.

 Homélie : Ac 3, 13-15. 17-19 ; Ps 4 ; 1 Jn 2, 1-5a ; Lc 24, 35-48

« A vous d’en être les témoins ». C’est la finale de notre Evangile

A vous, les disciples d’Emmaüs d’hier, les onze apôtres et leurs compagnons

A vous, à nous, les disciples de Jésus d’aujourd’hui !

De qui devons-nous être témoins ?

Comme hier, nous devons être témoins de Jésus, « le Saint et le Juste, le Prince de la vie » (Cf 1e lecture), le Vivant, le Prince de la Paix, le Ressuscité qui a toujours les stigmates de sa passion. C’est Lui qui se fait voir : « Voyez mes mains et mes pieds » ! C’est Lui qui se fait toucher : « Touchez-moi, un esprit n’a pas de chair, ni d’os comme vous constatez que j’en ai ». C’est Lui qui se fait entendre : « La paix soit avec vous » ! C’est lui qui mange avec ses disciples. C’est Lui qui enseigne : « Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet, dans la loi de Moïse, les prophètes et les psaumes ». C’est Lui qui envoie : « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ». Nous devons proclamer Jésus, en vue de la conversion et du pardon des péchés. C’est la mission de l’Eglise. C’est notre mission. Nous avons besoin de l’Eglise et de ses ministres pour accomplir cette mission.

Un bimillénaire nous sépare du témoignage des 1ers chrétiens. Comment les chrétiens ont témoigné depuis 2000 ans ? Sans copier, nous pouvons nous en inspirer, car l’ordre de Jésus demeure, même si les circonstances différent

Le témoignage des femmes avec Marie, la Mère de Dieu ! Avec Marie-Madeleine, l’apôtre des apôtres ! Le témoignage des apôtres ! Le témoignage des martyrs ! Le témoignage des pasteurs ! Le témoignage des docteurs de l’Eglise ! Le témoignage des vierges ! Le témoignage de la vie consacrée ! Le témoignage des fidèles laïcs ! La sainteté 24H/24 sera toujours plus forte que la parole éphémère d’un moment !

Le témoignage des institutions inspirées de l’Evangile (Enseignement, éducation, santé…..) rend possible, déploie, pérennise le témoignage des personnes.

Le témoignage d’hier ne nous dispense pas d’inventer le témoignage d’aujourd’hui pour transmettre le bouleversement, l’étonnement de notre foi, comme ce fut le cas pour les apôtres : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ?…Les apôtres restaient saisis d’étonnement ». Un témoignage dans des familles éprouvées, dans une société sécularisée, dans une Eglise, sainte et abîmée par le péché ! Notre synode diocésain nous invite « dans ce monde que Dieu aime à ouvrir des chemins de joie », en étant fidèle à sa vision : « Une Eglise diocésaine joyeuse de vivre de la grâce de Dieu, joyeuse de créer du lien, joyeuse d’appeler, de former, d’envoyer pour aller au pays de l’autre ».

Témoigner de la Bonne nouvelle de la vérité, de l’amour, de la paix, de la réconciliation. Souvent les médias renvoient les non de l’Eglise : à l’avortement, au mariage pour tous, à la GPA, au suicide, à l’euthanasie, en oubliant les autres non : non à la pauvreté, non à la guerre, non à l’exploitation des migrants, non à la traite des personnes, non aux violences faites aux femmes, en oubliant surtout que ces non sont plus fondamentalement des oui à la vie. Témoigner de Jésus, le Prince de la vie, c’est témoigner en même temps de la dignité de l’homme. Faisons-le, plus en annonçant qu’en dénonçant, plus en se reliant à l’Evangile de la vie, plus en se rappelant sans cesse que nous avons été créés à l’image de Dieu. Ne nous trompons pas de dignité ! La déclaration du 2 avril 2024 sur l’infinie dignité de la personne humaine distingue la dignité intrinsèque à la personne, la dignité morale, la dignité sociale, la dignité existentielle ; la 1e, liée à la bonté de la création n’est pas liée aux circonstances, elle est inaliénable, infinie, fondamentale, intangible ; la 2e est liée à la conscience morale, à la liberté morale qui peut choisir le bien ou le mal ; la 3e est liée aux conditions sociales qui peuvent être dignes ou indignes ; la 4e est liée à des situations particulières, comme la fin de vie. L’Eglise ne cesse de proclamer 3 enseignements fondamentaux : l’égale dignité de tous les êtres humains, l’extrême dignité des plus pauvres, la sublimité de la dignité de la personne humaine quand elle vit pleinement la communion avec Dieu et avec les hommes. Le projet de loi sur l’aide à mourir est une occasion d’écouter notre société et de rendre témoignage de Jésus le Vivant et de la dignité infinie des hommes, appelés à s’aider à vivre, et non à mourir, sous forme de suicide et d’euthanasie.

Chers amis,

« Vivons à hauteur de notre dignité ». « A nous d’en être les témoins »

AMEN ALLELUIA MARANATHA