9 MAI 2024 : ASCENSION DU SEIGNEUR « B »

11 mai 2024

 

            « Pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? » Nous sommes souvent là à regarder vers le ciel en attendant que quelque chose arrive, que Dieu intervienne « à main forte et à bras étendu » comme dit le psaume. Nous attendons tout d’un Dieu, que s’est forgé notre imaginaire païen, alors qu’en Jésus Christ, c’est le Royaume de Dieu qui a pris forme. Nous attendons tout de Dieu et rien du Royaume.

            Saint Marc insiste sur cette dernière apparition du Christ et sur son ascension. Que nous dit-il ? Le temps du « je suis parmi vous » est passé, c’est désormais, le temps du « je suis avec vous jusqu’à la fin du monde ». L’Ascension inaugure un temps nouveau, celui de l’Église, car il faut que le Christ parte pour que naisse l’Église.

            Nous ne pouvons pas rester là à regarder le ciel ! On ne peut plus attendre que le Christ pose des signes du Royaume par ses guérisons ; il est temps, à notre tour, de poser ces signes. Chose étrange dans cet évangile ! Dans les signes que les disciples vont pouvoir faire, il y a « pouvoir prendre en son nom des serpents dans les mains et boire un poison mortel qui ne leur fera aucun mal ». 0n est directement renvoyé au livre de la Genèse. Là, l’antique serpent est celui qui apprend aux hommes à mal comprendre la Parole de Dieu et qui distille le venin de l’envie qui amènera entre autre Caïn à tuer son frère.

            Le livre des Actes des Apôtres nous dit : l’Ascension du Christ est intimement lié au don de l’Esprit et à sa force. Changement radical ! Christ n’est plus là en chair et en os devant les yeux des disciples, mais l’Esprit Saint prend sa place dans leur cœur. Et cet Esprit met à terre l’antique serpent et son venin. Il fait irruption dans le monde, et alors advient le Royaume de Dieu. Le Christ par sa venue l’a inauguré, le Christ par son Ascension et son retour vers le Père, nous en laisse la gestion.

             Si nous entrons dans cette dynamique de foi au Christ ressuscité, nous pouvons vaincre ces poisons qui représentent tout ce qui est mal en nous et autour de nous. Le poison de l’alcool, de la drogue, de l’égoïsme ; le poison d’un handicap physique ou psychologique ; le poison de la dépression, du découragement, de la perte du sens de la vie… Lorsque Jésus envoie ses disciples dans le monde, il leur dit de ne pas avoir peur, ni des démons, ni de la diversité des langues, ni serpent, ni poison mortel : en tout cela nous sommes les grands vainqueurs avec la grâce et la force du du Christ.

             Chaque dimanche, rassemblés en Église pour écouter la Parole de Dieu et partager la vie du Seigneur, ; à la fin de la fin de l’Eucharistie » : Allez dans la paix du Christ ». Ne restez pas là à regarder vers le ciel, retournez dans vos foyers, dans vos familles, à votre travail. « Vous pouvez vaincre le mal, car je suis avec vous tous les jours et mon Esprit vous accompagne. Je travaille avec vous, dit Jésus, et confirme la Parole par des signes d’apaisement, de bien-être et de paix ». AMEN.

Père Jean-Claude DUCLOS